Accueil > Musique > 2020 > Marie Davidson et l’Œil Nu - Renegade Breakdown

Marie Davidson et l’Œil Nu - Renegade Breakdown

lundi 28 septembre 2020, par Marc


On n’est sans doute qu’au début de la vague des albums sortis pendant le confinement ou inspirés par lui. A son corps défendant, la Montréalaise Marie Davidson a presque anticipé la tendance en voulant il y a un peu moins d’un an prendre un peu de recul vis-à-vis de son rythme de vie effréné de dj de stature internationale. Et cette envie prend une forme plutôt éloignée de ce qu’on attendait d’elle. Ce qu’on connaissait c’était deux albums dark, teintés d’Italo Disco et d’EBM avec Essaie Pas et un remarqué et percutant album solo.

Si ses collaborateurs sont les mêmes, à savoir son mari Pierre Guerineau et Asaël R. Robitaille qui avait taillé le son de New Path, les directions sont assez différentes. On ne le remarque pas tout de suite puisqu’on reprend contact via le percutant Renegade Breakdown qui semble dans la lignée de Working Class Woman et de sa si marquante locomotive. En 17 ans et près de 2000 articles, je n’avais pas eu l’occasion de citer Mylène Farmer. Ils y font allusion et ça colle en effet sur une partie en français de ce premier mais c’est d’une puissance de feu inaccessible à celle qui est devenue une caricature (c’est le stade après ‘icône’). Elle arrive à en tirer le meilleur (le sens mélodique indéniable, l’ancrage années ‘80) sans céder au reste.

Le second morceau est une ballade rock. Ca semble un peu moins percutant parce que le chant apporte un peu trop de décalage. Mais avec un peu de recul, le justement nommé Back To Rock se place dans une longue lignée d’artistes de la scène électronique qui se sentent irrésistiblement attirés par le rock et ses attitudes. Entre les robes lamées de Miss Kittin et les tentatives d’être un ‘vrai’ chanteur de James Murphy, on a déjà vécu ça souvent, avec toujours un peu de perplexité. On ne tourne vraisemblablement pas facilement le dos à 70 ans de références populaires.

Mais ce n’est pas un petit caprice passager, c’est carrément la ligne directrice de l’album qui s’infléchit sensiblement. Le temps de réflexion qu’elle s’est imposé lui a donné des envies bien différentes. Elle tente même la balade dénudée, comme on a pu l’entendre il n’y a pas si longtemps chez Brisa Roché, quitte même à la faire en français, ce qui la nimbe d’une étrange lumière. Elle tente aussi le jazz hors d’âge (Just In My Head), comme issu d’une BO d’Angelo Badalamenti. Ce sont les thèmes de l’aliénation volontaire ou pas, ce sentiment de vide qui constituent le liant entre les morceaux.

Si son élasticité vocale ne lui permet pas d’assumer tous ces délires, c’est toujours impeccablement composé et exécuté. Même quand ils se lancent dans des déviations gothiques (relecture MIDI de composition baroques) sur Lead Sister qui parle du drame de la vie de Karen Carpenter. Et quand ils relancent le beat, c’est pour la relecture disco de Worst Comes to Worst, ce qui leur va forcément bien. Mais Renegade Breakdown n’est pas l’équivalent pour certains artistes de ce double ou triple album éclectique. Ce n’est pas un gros fourre-tout occasionnellement génial comme Sandinista ! ou Reflektor mais une suite d’expérimentations qui n’augurent sans doute rien de la suite. La surprise fait partie du plaisir.

Parce que Marie Davidson est une artiste importante de notre époque, avec un vrai point de vue, acéré et féministe. Le fond reste cohérent sous le nouvel (et sans doute temporaire) éclectisme de la forme. Si les capacités de chanteuses ne sont pas toutes réunies pour l’ampleur balayée, cet album surprenant est une intéressante collection.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)