Accueil > Musique > 2007 > Cecilia::Eyes - Mountaintops Are Sometimes Closer To The Moon

Cecilia::Eyes - Mountaintops Are Sometimes Closer To The Moon

jeudi 13 décembre 2007, par Marc

En route vers la maturité


Il est toujours agréable d’accompagner la trajectoire d’un groupe, de voir la notoriété d’un artiste qu’on connait depuis les débuts progresser. C’est le cas de Cecilia::Eyes dont le premier EP Echoes In The Attic est passé à la moulinette de notre fringale critique. L’évolution vers le LP est donc logique et nous sommes heureux de voir cet album arriver sur nos platines.

Premier contact avec l’objet et première constatation : ça se professionnalise. Le livret est soigné, le packaging au point (il manque quand même les paroles hihi). C’est un détail peut-être mais dénote une vraie envie de bien faire. Deuxième chose, c’est un certain Pierre Vervloesem qui est aux commandes du mixage. Si on veut se rappeler que c’est lui qui a accouché de l’icône Worst Case Scenario de dEUS, c’est de la référence en béton armé.

Par honnêteté intellectuelle, les écoutes sont souvent nombreuses avent d’écrire une critique, ce qui par ailleurs justifie le décalage entre la sortie et la relation qui en est faite ici. L’avantage est qu’on est d’office familiarisé avec l’album, ce qui nous permet parfois de passer outre des premières écoutes parfois pas emballantes (ne vous méprenez pas, ce n’est pas du tout le cas ici) et ainsi pénétrer des œuvres qui ne s’offrent pas du premier abord. L’effet pervers est que la familiarité s’installe presque toujours, ce qui diminue l’empathie avec le lecteur qui peut parfois se demander pourquoi on s’extasie devant des choses un peu âpres d’abord (Sunset Rubdown) ou dénuées d’intérêt en première analyse (Spoon). Cette longue digression n’a pour but que de préciser que la distinction avec des coreligionnaires ne peut se faire qu’après plusieurs écoutes, quand les morceaux se distinguent enfin les uns des autres et que les évidentes ressemblances stylistiques sont moins prégnantes.

On pourrait caricaturer et dire ce que ça n’est pas. Pas d’écrasement de pédale à l’unisson, le schéma du quiet-loud-quiet est rompu. Non, il n’y a pas pléthore d’arpèges lacrymaux non plus. Pas de violon et une seule batterie. On a donc balayé quelques ressemblances potentielles. Mais qu’on le veuille ou non, ça reste du post-rock dans la façon et dans l’écoute. Mais tous les groupes qu’on regroupe, parfois par paresse intellectuelle sous cette étiquette qui adhère à beaucoup d’expériences sont généralement bons, parce que leurs visées sont plus le plaisir de jouer que la recherche de notoriété. Mais c’est aussi un genre qui comporte presque autant de figures imposées que le patinage artistique. C’est donc dans le dosage que les groupes se distinguent les uns des autres.

J’ai complètement skippé la phase shoegaze dans ma jeunesse, et au moment où je vous parle avaler Loveless (morceau de bois de la vraie croix pour beaucoup) d’un trait n’est toujours pas envisageable. C’est donc en tant que revendiqué non-spécialiste que j’appréhende ces murs de guitare, ces bruissements de corde qui installent avec un talent et une maitrise certaines une atmosphère éthérée, presque romantique (ce n’est pas un gros mot), qui séduit.

Le rêve de s’affranchir de toute ressemblance est illusoire même si tous les groupes dont il sera question, directement ou en filigrane ont leur personnalité. Mais nous ne sommes pas là pour parler des intentions mais bien du résultat. On évitera le toujours fastidieux track-par-track et ce n’est pas dommage car certains titres seront déforcés sortis du contexte de l’album (Clocks). C’est que c’est sans doute d’une traite que cette plaque se consommera. Quand on est d’humeur à ça, tout passera d’un coup d’un seul. L’amateur du genre se sentira trop à l’aise pour qu’on crie à la dérangeante originalité mais c’est donc au choix sur l’ambiance dégagée tout au long de l’album ou sur de ponctuels moments de bravoure que l’intérêt va naitre.

D’ordinaire, les climats plus apaisés ne sont là que pour mettre en évidence des phases paroxystiques. C’est moins le cas ici puisqu’ils peuvent garder le cap longtemps avant de céder à l’envie d’une accélération. Songs for Alda est à ce titre exemplaire puisque c’est l’aspect rêveur qui a été privilégié aux montagnes russes de rigueur et c’est ce qui fonctionne sur la longueur

Les meilleurs morceaux sont ceux dont la mélodie est supérieure. Comme je range Too Late For A Porn Movie ou Songs For Alda dans cette catégorie, le moment passé est meilleur. Il y a une langueur qu’on retrouve moins ailleurs et c’est pour ça que je les proclame meilleurs morceaux de l’album. Et même parmi les grandes réussites du genre, osons le dire après autant d’écoutes. Et c’est sans doute celui qui est le plus personnel. Quand un groupe réussit un morceau, on écoute, on le recommande et c’est tout. Il reste des moments d’un classicisme certain (Shift/Kill) qui pour moi rejoint une de mes découvertes du genre de cette année, à savoir Joy Wants Eternity. Seul le dernier morceau, reposant sur le clavier (joué par le batteur, ce qui explique aussi l’absence de section rythmique), est atypique. Il fait immédiatement songer à ce que fait Eluvium. C’est de toute façon une porte de sortie pour l’album et ne choque pas après ce qu’on a entendu. Voyons ça comme un ami qui vous raccompagne à la porte après un moment passé avec lui.

Beaucoup mieux composé, interprété et enregistré, l’album complet de Cecilia::Eyes confirme le bien qu’on en pensait. L’approche est plus subtile et il en sort une musique plus éthérée et rêveuse. C’est donc plus de climats qu’il convient de parler. Ceux-ci sont très bons mais la pléthore de groupes du genre est une arme à double tranchant. Oui, il y a un public pour ça parmi lequel je me range. Mais la marge de manœuvre pour se distinguer est très mince. J’espère que cette chronique vous aura permis de vous situer. Si le style pratiqué vous est familier, vous aurez tout intérêt à découvrir Cecilia::Eyes.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)