Accueil > Musique > 2008 > This Will Destroy You - This Will Destroy You

This Will Destroy You - This Will Destroy You

mardi 5 février 2008, par Marc

Explosions de brouillard


Il y a un petit temps déjà que This Will Destroy You figure sur la liste des groupes post-rock à suivre. C’est comme souvent par un copieux EP qu’ils s’étaient fait un petit nom. Young Mountain montrait de très belles capacités, et même plus que ça puisque l’essai se voyait souvent transformé comme sur Some Remedies Are Worse Than The Disease ou The World Is Our qui résonnent encore comme des modèles du genre. La compacité et le sens mélodique faisaient mouche en tous cas. Nous verrons que la seconde qualité est toujours là mais la première s’est faite la malle.

Cette musique peut au choix se laisser porter discrètement par l’ambiance ou au contraire savourer le moindre des détails. Ce qui permet de les écouter à tout moment, bien que la première possibilité ait ma préférence. Dans cette optique, il est difficile de mettre un morceau ou l’autre en avant, même si toute la charge émotionnelle n’éclate que sur Treads, un bel exercice de pendage de mâchoire. Il reste des arpèges mais plus simplement en conjonction avec une batterie pour appuyer un effet. Encore une fois, c’est sur le résultat plus que sur les moyens qu’il convient de s’appesantir et c’est à cette aune qu’on peut décider de la réussite de ce morceau. Toute la palette est balayée et on n’en sort pas indemnes.

Ils ont aussi osé les mélanges organique/synthétique et les réussissent plutôt comme sur Three Legged Workhorse. Il en ressort une ambiance plus pesante, renforçant l’intensité. Les montées en intensité sont d’ailleurs attendues, certes, mais interviennent souvent tard dans les morceaux. Ce ne sont pas des résolutions de tension mais de simples soubresauts. Les procédés qui ne visent qu’à mettre certaines parties d’un morceau en évidence ne sont donc pas les leurs. Ce groupe fait partie avec, disons, Joy Wants Eternity, d’une nouvelle génération de groupes post-rock américains soucieux de se débarrasser de comparaisons clichés (Mogwai et Explosions In The Sky) en appuyant moins leurs effets. Toutes proportions gardées, on peut dire que l’évolution de This Will Destroy You est parallèle à celle de nos excellents compatriotes de Cecilia::Eyes de ce côté-ci de l’Atlantique. D’une influence de Texans vers une émancipation plus apaisée et dense. Bien évidemment toute émancipation implique une maitrise technique que ces gaillards possèdent sans doute possible. Même quand on attend en vain qu’un morceau ne décolle (Leather Wings).

Parfois même ils sortent des sentiers balisés pour explorer d’autres routes. Villa Del Refugio ne comporte pas mettre de montée, joue simplement sur l’ambiance, sur les textures de guitare. C’est ce qu’on appelle le drone et qu’ils maitrisent visiblement fort bien également. Mais c’est étrange de le placer en seconde position, après un Three Legged Workhorse qui a été lent à l’allumage.

This Will Destroy You se présente comme une découverte à faire absolument pour tout qui apprécie le post-rock avec guitares. C’est qu’ils font preuve d’une maîtrise absolue qui les place haut dans les références du genre. Et si le style pratiqué les empêche d’être révolutionnaires, ils dominent leur sujet d’une façon telle qu’on ne peut qu’être convaincu. Cependant, leur format long privilégie plus les ambiances et les textures que les décharges d’adrénaline et il sera bon de le cantonner aux moments calmes de votre existence.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)