Accueil > Musique > 2008 > Xploding Plastix - Treated Timber Resists Rot

Xploding Plastix - Treated Timber Resists Rot

mercredi 3 décembre 2008, par Paulo

Ma surprise de l’année


"Inattendu ! Tout simplement inattendu cet album de Xploding Plastix " [1].
Bon d’accord, je mets tellement de temps à écrire une critique, que quand je la finis, mon engouement du début (sorti en septembre tout de même) a tous les airs d’un rosbeef froid... cela dit, ce n’est pas mauvais non plus.

Donc, il y a desfois comme ça où l’on attend quelque chose, on scrute le net à l’affut d’un mouvement, d’une news... et rien, calme plat sur la mer morte. Et puis un ami vous poke et fait "tu veux entendre le dernier Xploding Plastix ?" et là d’un coup la journée s’illumine, les yeux pétillent "Ah enfin du neuf, de l’intéressant"

Personnellement je pensais le projet mort, tel que je l’avais toujours connu, puisque découvert vers 2004 juste après leurs dernières productions. Depuis, peu de nouvelles avaient filtré et j’en restais à écouter ces perles et à jouer avec les animations flash de leur site web
http://www.xplodingplastix.com/. Site que je vous conseille de visiter vu qu’une majorité de leurs titres sont en écoute, comme les très conseillés "Treat Me Mean, I need the Reputation" ou "Far-flung Tonic" sur leur premier album "Amateur Girlfriends Go Proskirt Agents".

Passons dans le vif du sujet. Le son de cet album Treated Timber Resists Rot se fait plus fin niveau acoustique, du moins sur certains titres, un peu suivant la tendance d’Amon Tobin sur Foley Room. On perçoit clairement l’inclusion d’enregistrements, comme ce jeu de rythme sur ballon gonflé sur The Rigamarole Shell Out, on sent également l’abandon des samples, la volonté même de dépasser la limite de la musique samplée en utilisant ses propres samples mais tout en poursuivant un objectif commun aux travaux précédents. On ressent tout de même moins directemnt l’influence jazz et bossa qu’on pouvait sentir sur leurs premiers morceaux. C’est d’ailleurs un tendance courante dans la carrière de musiciens travaillant les samples d’abandonner ces derniers. Sur ce point Bonobo est selon moi un très bon exemple où la distance entre enregistrements et sampling n’a que peu altéré sa conception de la musique. L’autre chose à la mode, c’est la collaboration avec Kronos Quartet (Comme amon Tobin sur Foley Room), on a presque l’impression qu’ils sont partout ceux-là, à notre plus grand plaisir d’ailleurs [Joyous insolence].

Cette clareté d’enregistrements est contrebalancée par l’utilisation de sons un peu cheap, synthétique, 8bits, frôlant parfois l’excès. Comme The Full Graft avec son lead un peu fou qui remémore les premières heures du Moog et les folies de Gershon Kingsley... très jouissif, bien sûr mais c’est très typé, il faut pouvoir apprécier.
Par contre là où il n’y a pas discussion, c’est sur la programmation des drums, mélodie de clochettes ou tintonnement de verres, ça apporte aux morceaux une richesse incroyable.

Conclusion, l’ensemble est extrêmement bien réalisé, oscillant entre synthétique et organique... Pour moi, les très bons morceaux de cet album sont A rogue Friend is a wild beast avec sa partie piano et ses envolées, le puissant Band Of Miscreants, Austere Faultline et sa très bel mélodie, ou encore l’émouvant The cost of resistance. Pas de doute, ça fait toujours plaisir de voir que le génie de ces musiciens n’étaent pas un one-shot.

D’autres liens pour l’écoute :

http://www.myspace.com/xplodingplastix

http://www.deezer.com/#music/artist/3900

Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Question : Xploding Plastix est-il un clin d’oeil à l’event multimedia des sixties d’Andy Warhol "Exploding Plastic Inevitable" avec comme accompagnement musical The Velvet Underground & Nico ?

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Akira Kosemura - Love Is __

    On n’a pas vu la série Love Is __ qui n’a connu qu’une seule saison sur la chaine d’Oprah Winfrey mais on devine qu’elle repose sur l’intime, qu’elle ne regorge pas de zombies et de poursuites en voiture. C’est l’impression que se dégage de ses musiques composées par le Japonais Akira Kosemura et sorties sur son label Schole Records dont on vous reparlera bientôt.
    L’absence forcée de support visuel ne rend pas toujours honneur au talent des compositeurs de musiques de films ou de séries mais dans le cas (...)

  • Frank Riggio - Anamorphose

    The Tobin Replica
    Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.
    Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette fois, l’approche de Riggio a été de "calquer" son travail sur l’oeuvre de Tobin.
    Et c’est (...)

  • D-Brane : Shut The Blinders Pull The Curtains

    Voyage sonore de proximité
    Alors que les sorties et annonces de poids lourds (Arcade Fire, Andrew Bird, LCD Soundsystem, Modest Mouse) se succèdent à une cadence qui me fait un peu peur, je m’offre une pause. J’en profite donc pour livrer quelques impressions sur un album que j’écoute. J’aime bien écrire sur ce que j’écoute, je ne sais pas si vous avez remarqué. C’est amusant de penser qu’un lecteur régulier va faire une drôle de tête en voyant cette critique au menu de ce site. Autant l’annoncer (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus Domus qui dirigent souvent les débats. On a finalement rarement entendu une combinaison sauf à revenir (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à cordes frappées. Et ça balance franchement.
    Dans le genre, on n’est pas toujours éloigné de ce que (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)