Accueil > Musique > 2008 > Annuals - Such Fun

Annuals - Such Fun

mardi 2 décembre 2008, par Marc

Salade de saison


Un conseil avisé (merci Mathusalem), une écoute alléchante sur myspace et hop, on se procure un album. On est quand même bon public des fois. Et on se retrouve dérouté, parce que c’est plus policé que ce à quoi on est habitué.

Ce Such Fun commence pas mal du tout avec un Confessor qui pourrait avec son côté de pop imprévisible faire penser aux Shins. Le groupe réfugié à Portland, Oregon, est sans doute la comparaison la plus sympathique qu’on pensera à faire pour ce second album des Annuals. On la déballe pour la voix sur la fin de Springtime par exemple. Malheureusement, la pop précieuse et inspirée de la bande à James Mercer ne se voit pas reproduite ici.

Hot Night Hounds nous oblige à prononcer le mot progressif. C’est que l’alternance de passages rocks et de piano est rien moins qu’empruntée à cette longue tradition, tout comme ces mélodies parfois alambiquées. C’est sans doute ce qui me le rend un peu moins sympathique. C’est qu’au lieu de la délicatesse d’un The Acorn (juste pour fixer les idées) on a un côté plus ampoulé et démonstratif ici. Ce n’est aucunement péjoratif, je constate juste que j’y suis moins sensible.

Mais il y a des bons moments évidemment. Comme la délicatesse d’un Springtime déjà mentionné qui évidemment morceau évolue. Mais le tout est un peu pompier, ce que la pochette kitsch pouvait laisser entrevoir, encore que ce ne soit pas une manière de déduction fiable. Si pour vous Sky Blue Sky de Wilco et le dernier Band Of Horses sont deux albums qui vous ont plu, vous pouvez sans crainte découvrir ces Annuals. Vous y découvrirez de la steel guitar comme elle est utilisée dans une frange pas toujours passionnante de la musique américaine (Always Do), de même qu’un côté country propre sur soi pour Down The Mountain. C’est là qu’on peut penser à un Wilco un peu euphorique ou un Bright Eyes décidé à faire dans le joli. A l’inverse, ils chassent parfois sur le terrain de Cursive (Talking) en moins mordant. Donc un peu plus lisse. C’est qu’il y a de jolies choses délicates comme The Tape mais ça l’est encore un peu trop. Et certains morceaux sont quand même à deux doigts du mièvre (Blue Ridge, Hardwood Floor), manquant d’un peu d’intensité et de fièvre.

Dans les musiques ambitieuses et amples, ma préférence va à l’émotion pure, plus qu’à un aspect joli. C’est pourquoi cet album des Annuals m’a un peu laissé sur ma faim. En dépit d’évidentes capacités techniques, il est un peu trop lisse pour vraiment me faire succomber. Il n’en reste pas moins que dans la mise à jour d’un Americana propre sur soi, c’est un choix pertinent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Annuals - Such Fun 2 décembre 2008 18:43, par Erwan

    2/5 c’est dur quand même. J’ai été aussi un peu déçu par cet album, mais je te conseille vivement leur magistral premier essai Be He Me.

    Voir en ligne : http://themanofrennesstealsourheart...

    repondre message

    • Annuals - Such Fun 3 décembre 2008 08:59, par Marc

      C’est vrai que c’est un peu rude. Mais je trouve que les cotations sont un peu redondantes par rapport à la subtilité de l’écrit. Parfois on en vient à vouloir mettre autre chose que les 3 étoiles règlementaires pour des albums de qualité parfois bien hétérogène. Ceci dit, je me vois mal attribuer des dixièmes de points comme Pitchfork.

      Je prends bonne note du conseil.

      repondre message

      • Annuals - Such Fun 3 décembre 2008 11:53, par Mathusalem

        Que deux ?!... Le peu que j’en avais entendu sur Myspace me donnait une toute autre impression.
        Ceci étant dit, si tu dis que la qualité de cet album est aussi chaotique que celle du dernier Band Of Horses...Là je comprends mieux...(Pour rappel, le single "Is There A Ghost" génial, assez bien de morceaux potables, mais deux ou trois "Trucs" d’un Country gluant quasi inécoutable, du style B.O. d’un épisode de "L’Homme qui tombe à pic", ou "Walker Texas Ranger")...
        Je sais donc ce qu’il me reste à faire, écouter l’album, juste pour voir si Two Star is enough.
        Bonne neige à tous.

        repondre message

        • Annuals - Such Fun 4 décembre 2008 12:38, par Marc

          Hé oui. Mais l’article sans la cote serait passé comme une lettre à la poste. Encore une concession à la lecture des critiques en diagonale. La bonne chose, c’est que le tri est déjà fait pour les classements de fin d’année.

          J’avais aussi eu une opinion favorable après une écoute sur myspace, mais c’est un peu lisse pour moi, c’est tout. Tout comme le dernier Band of horses (le premier reste fabuleux), le dernier Wilco, une bonne partie du Cassadega de Bright Eyes et la majorité de la discographie de My Morning Jacket. A toi de te faire une opinion et de nous la donner donc...

          Bonjour chez vous

          repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)