Accueil > Critiques > 2010

S. Carey - All We Grow

samedi 25 septembre 2010, par Laurent

Suspension


Dans la famille Bon Iver, j’en demande... un autre. Mais en tout cas j’en redemande. On a cru que le pseudonyme hiémal servait seulement de couvert à Justin Vernon, l’homme des bois qui a, depuis un premier album déjà culte, élargi ses horizons musicaux au-delà de toute prédiction. On en a régulièrement parlé, d’ailleurs. Pourtant, force est de reconnaître que Bon Iver est un vrai groupe – à tout le moins sur scène – et qu’il compte au moins un autre songwriter remarquable.

Sean Carey, batteur au sein de la formation, a donc décidé de se mettre au service de ses propres chansons, et le résultat est ragoûtant. On reconnaît tout à fait le style des dépressifs du Wisconsin : chant saturnien dédoublé comme une vision éthylique, litanies en spirales, dignité dans la mélancolie plus contemplative que plaintive. À cela s’ajoutent quelques particularismes salvateurs : une relative variété musicale, certes limitée mais marquée par les privilèges accordés au piano, toujours joué en boucle (In the Stream, We Fell) et parfois rehaussé d’assonances mélodiques et percussives qui rappellent Patrick Watson (In the Dirt).

Par moments, les secondes voix se font tierces, quartes, infiniment plurielles, et jouent les Icare sans se soucier du soleil (Mothers). Haut les chœurs. Carey maîtrise la voltige comme la lévitation au ras du sol : All We Grow, la chanson, semble vouloir s’enfoncer sans cesse dans les entrailles de la terre, plombée par sa propre gravité, mais une force invisible – cette guitare qui grince ? cette clarinettes expirante ? – la maintient miraculeusement en suspension.

Et si Broken commence par s’abattre lourdement sur la terre ferme, c’est pour prendre un plus bel élan vers le firmament. Le disque s’achève ainsi à la belle étoile, traversé çà et là par des comètes chargées d’électricité statique (Rothko Fields et Action, somptueuses parenthèses muettes) et animé d’un perpétuel mouvement centrifuge. De la toute belle ouvrage, déjà entendue sans doute, mais rien n’exclut que Sean Carey détrône un jour son écrasant patron.


Répondre à cet article

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)