Accueil > Musique > 2011 > Treefight for Sunlight - Treefight for Sunlight

Treefight for Sunlight - Treefight for Sunlight

mercredi 16 février 2011, par Laurent

Académisme


Comme certains cinéastes américains possèdent nombre de ficelles pour réussir des classiques instantanés de la comédie indépendante, comme les scribouillards les plus rentables connaissent l’art et la manière de boucler un best-seller en quelques artifices chapitrés, il semble désormais acquis que l’application de quelques formules surlignées permettra d’ouvrir, à beaucoup de formations indie-rock sans ambitions démesurées, les portes d’une reconnaissance suffisante à l’échelle de la blogosphère et des salles de concert de moins de cinq cents places.

Treefight for Sunlight, groupe au nom aussi frais que le propos, l’a bien compris et vous résume en un disque la recette de son succès...

1) Usez et abusez des harmonies vocales, c’est ce qui plaît le plus aux étudiants en infographie. Soit que vous optiez pour le côté organique des Fleet Foxes (A Dream Before Sleep), soit que vous préfériez la complexité narrative de Grizzly Bear (The Universe Is a Woman, Riddles in Rhymes), voire un savant mélange des deux pour bien faire, c’est là l’ingrédient le plus essentiel pour vous faire bien voir par Pitchfork.

2) N’hésitez pas à ensoleiller vos morceaux à coups de rythmiques gentiment tribales et de guitares légèrement épicées à l’afro. Prenez exemple sur Vampire Weekend et ajoutez quelques discrets sifflements (You & the New World) pour vous assurer de faire fondre les filles, d’Afrique comme de partout.

3) À l’occasion, préférez le soleil moins brûlant de Californie, que vous n’aurez crainte de toiser jusqu’à le dompter (Facing the Sun). Ainsi, à la première manière de MGMT ou des Ruby Suns, vous opterez pour un psychédélisme sucré, porté vers les aigus, feignant d’hésiter entre humeur élégiaque et joie de vivre béate (Rain Air).

4) Cependant, sans jamais tourner le dos à la légèreté (What Became of You and I), laissez-vous de temps à autre entraîner par vos pulsions et, loin de tout calcul, perdez-vous dans une jam kaléidoscopique en compagnie d’Animal Collective (Tambourhinoceros Jam), clôturez un morceau par une transe bénigne (They Never Did Know) et, si vous vous en sentez le courage, signez un vrai grand titre tourneboulant pour clôturer votre album (Time Stretcher).

5) Cerise sur le gâteau : si en plus vous venez de Scandinavie au sens le plus large, vous aurez pour vous une caution exotique supplémentaire. Bon, tout le monde n’a pas la chance d’être islandais, mais dites-vous que la nationalité danoise fera dans ce cas aussi bien l’affaire. Avec un peu de chance, cela vous vaudra d’élogieuses comparaisons avec Efterklang et autres Slaraffenland – mais choisissez tout de même un patronyme plus passe-partout.

Fort de tous ces précieux conseils, ne manquez pas à votre tour d’écrire, enregistrer et publier un album agréable d’indie-rock académique. Les connaisseurs ne manqueront de venir vous applaudir lors de votre prochain passage dans les salles obscures ou les podia des festivals. Avant de passer à autre chose, cela va sans dire.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Treefight for Sunlight - Treefight for Sunlight 8 avril 2011 23:17, par mmarsupilami

    Je l’ai écouté avec beaucoup de retard et j’arrive au nombre d’écoutes où décemment, je vais pouvoir donner mon avis ce week-end. Ce ne sera pas bien éloigné du tien : sympa, bien sûr, mais bon...
     :-)

    repondre message

    • Treefight for Sunlight - Treefight for Sunlight 27 avril 2011 12:25, par Laurent

      Donc là j’en profite pour te signaler que je réponds à la question que tu (me) poses sur ton blog par la positive, mais que je ne suis pas arrivé à te laisser le message après deux essais (petit bug là, non ?)...

      repondre message

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)