Accueil > Critiques > 2011

Little Kid - Logic Songs

dimanche 4 septembre 2011, par marc

Comme à la maison


N’allez pas croire qu’il suffit d’agiter la promesse d’un chanteur folk lo-fi dépressif pour que je m’anime d’office. Ce serait trop simple. Mais j’avoue avoir un petit faible pour ce genre de sensibilité, surtout si elle est servie avec pudeur.

Little Kid est le projet solo de Ken Boothby de London, Ontario (tiens, comme Basia Bulat) décidément tourné vers le lo-fi et enregistré sur un quatre-pistes. C’est tellement fait maison qu’il a fait lui-même la première fournée de cassettes. Dans le résultat, le son est parfois un peu limite, voire crapuleux pour des chansons qui auraient mérité un peu mieux tant elles transpirent la sincérité qui touche (Bearably Sad)

Il serait réducteur de comparer Little Kid à Bon Iver, pourtant on en retrouve des traces indéniables, par exemple sur You Might Not Be Right, sa note martelée en fond, son arpège discret et la guitare bourdonnante. Le résultat est enthousiasmant en tous cas. Il peut même injecter de l’intensité avec quelques notes soutenues (Logic Song/We Waited…). Ce sont ces petits ajouts qui font tout le sel de Little Kid. Oui, on a déjà entendu ce genre de supplément réjouissant chez d’autres, mais encore une fois, c’est la subtilité du dosage qui séduit. Dans le même ordre d’idées, c’est beaucoup plus âpre que Fink. Song 9 est ainsi fatalement plus proche d’un Perfume Genius que de Muse.

Pour encore accentuer l’impression de nature et d’espace, on entend des trains, des mouettes, de l’eau. Ce qui fonctionne à petites doses mais j’ai beau tourner le problème dans tous les sens, l’idée de constituer un morceau de 10 minutes à base de bruitages de trains semble toujours irritante.

Il y a sans doute une grande quantité d’auteurs de cette trempe. Sans doute. Peut-être pas. En tous cas, il serait bête de passer à côté de celui-ci tant ce premier album confidentiel peut se révéler attirant. On est entre nous pour se refiler des bons plans. C’est celui-ci que je vous propose.

http://littlekid.bandcamp.com/album/logic-songs

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Little Kid - Logic Songs 7 septembre 2011 18:39, par le cousin de la reine de trêfle

    merci, Marc, pour cette heureuse découverte ; l’article m’a donné envie d’écouter sur le site des dits LITTLE KID, et j’ai vite été séduit ; je retiens deux mots très justes, sensibilité et subtilité ;
    j’ai découvert,de mon coté, un autre excellent groupe, US, celui-ci, merci Internet !,c’est VILLA VENUS ; écoutez-les !
    à bientôt tous

    repondre message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)

  • Lana Del Rey - Did You Know That There’s a Tunnel Under Ocean Blvd (...)

    Généreuse dans l’effort, Lana Del Rey l’est certainement, et il faut l’être pour livrer aussi régulièrement des albums aussi consistants. Surtout s’ils sont entrecoupés de recueils de poésie. Maintenant, on peut s’affranchir d’un rappel des faits précédents. On remontera juste jusqu’au formidable Noman Fucking Rockwell ! pour signaler qu’il y a eu deux albums jumeaux en 2021 qui l’ont vu à la fois revenir à (...)