Accueil > Musique > 2012 > Porcelain Raft - Strange Weekend

Porcelain Raft - Strange Weekend

jeudi 26 janvier 2012, par Marc

Illustration par l’exemple


La plus grande facilité de produire de la musique pousse-t-elle à la solitude ? Sans pousser jusqu’à l’isolement dans les bois façon Bon Iver, on doit beaucoup de satisfaction récentes à ces bidouilleurs sensibles (Low Roar, Perfume Genius, qui revient, Youth Lagoon, Little Kid…). Mauro Remiddi, Italien installé à Londres, fait partie de cette tribu dispersée, et si sa musique a tout les attributs de ce qu’on entend trop de ces temps-ci (son vague, recyclage des années ’80 et du shoegaze), on distingue chez ce sociétaire des tellement précieux Secretly Canadian une petite étincelle qui fait la différence.

Cet album aura marqué pour moi la constatation d’un fait. Le shoegaze et Animal Collective (et tous leurs avatars) n’est sont pas une fatalité quand on veut faire de la musique éthérée et en prise avec son époque. On tient sans doute ici un nouveau sorcier de la mise en son, pas toujours éloigné de l’univers de Bradford Cox. Atlas Sound a fait des petits, et c’est assez flagrant sur les morceaux plus acoustiques comme Picture ou Shapeless & Gone. C’est simplement une indication de genre venue d’un critique un peu perdu, pas une estimation de valeur. Porcelain Raft possède en tous cas une façon très moderne de faire de la pop. Parce qu’au final, ce Strange Weekend, c’est ça, un peu à la mode 2012, avec la variété qu’il faut.

Mais pour que l’illustration soit convaincante, il faut des morceaux qui tiennent la route. A l’instar des bouquins sur la technique photo, certains ouvrages pédagogiques bas de gamme sont plombés par le manque d’inspiration de leur auteur, forcé en peu de temps d’illustrer un propos technique. A l’inverse, quelques photographes doués partent de leurs belles réalisations pour appuyer leurs dires. On est dans le second cas de figure ici parce qu’on profite de bons morceaux comme Unless You Speak From Your Heart.

Picture fonctionne parce que la mélodie qui n’a pas été oubliée. Et le dernier The Way In est de ces bons morceaux pour ceux qui ne s’interdisent pas un peu de sucre impalpable. C’est ce qui convient à mon cœur de midinette post-moderne en tout cas. Les balades éthérées comme Backwords sont ainsi assez réussies. Mais ce ne sont pas les seules satisfactions, on pourra préféré l’aspect années ’80 passé au concasseur, de l’évocation des sons de guitare du Disintegration de Cure (Drifting In and Out) aux mélodies à la New Order (Put Me To Sleep). On s’éloigne en tout cas de la musique pour bain moussant puisque même avec des voix qui s’effilochent, on est parfois plus proches de Sleigh Bells (en moins cracra). Donc, même s’il s’inscrit dans un mouvement qui commence à arriver à saturation, Porcelain Raft a des arguments et des morceaux pour qu’on l’écoute encore. Par les temps qui courent, c’est sans doute le meilleur des compliments.

http://www.porcelainraft.com/
http://www.myspace.com/porcelainraft

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Porcelain Raft - Strange Weekend 26 janvier 2012 18:53, par Mmarsupilami

    Bien d’accord, c’est un des trucs de la rentrée qui a un plus !

    (C’est bien dit, hein ?)

    repondre message

  • Porcelain Raft - Strange Weekend 27 janvier 2012 11:46, par Pol

    Ha bah justement je viens aussi d’en toucher un mot.
    J’aime beaucoup également, c’est peut-être un tout petit peu court, mais ça passe tellement bien qu’on peut se le réécouter une deuxième fois dans la journée sans problème. Et puis je ne sais pas pour vous, mais moi ça m’apaise terriblement ce truc.

    Voir en ligne : chronique

    repondre message

  • Porcelain Raft - Strange Weekend 31 janvier 2012 10:01, par Christophe

    Bonjour,

    On est sur la même longueur d’onde avec ce groupe (j’ai une chronique en cours de rédaction) !
    Une vraie belle découverte, de la pop aérienne mélangeant les influences (Cure, Lush ...) comme j’aime.

    En ces moments de turpitudes personnelles, cet album me calme, me relaxe et me fait retrouver le sourire !

    @ bientôt

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com/

    repondre message

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)