Accueil > Critiques > 2017

Volin - Volcan

vendredi 8 septembre 2017, par marc


En chanson française, il y a ceux qui tracent leur propre route, sans vraiment se soucier de références françaises ou autres (Dominique A, Albin de la Simone) mais il arrive aussi qu’il y ait des références américaines assumées mais elles sont plutôt rock (Francis Cabrel, Jean-Louis Murat, on ne va pas évoquer les Vieilles Canailles non plus) et souvent anciennes. La voie suivie par Volin est radicalement différente.

Certes, il est d’autres artistes qui s’abreuvent à la même source d’un indie américain de pointe (Baden Baden, quelques irréductibles Canadiens comme Malajubeou Karkwa) mais c’est encore plus poussé ici, avec une réussite plus manifeste. Le son de guitare, ses soubresauts rappellent ainsi plus Grizzly Bear ou The Antlers (Mes Nuits Sonnent Faux). Cette inclination s’incarne notamment sur le lancinant Canon qui nous accroche d’emblée par des riffs tourbillonnants et ne nous lâche plus, atteignant le potentiel d’exultation des deux exemples. Ils sont aussi fort convaincants sur le tendu Nuit de Glace. Ce sont ces deux morceaux qui montrent à quel point l’hybridation peut être convaincante.

C’est le son et le ton des guitares (et de la section rythmique jamais plan-plan) du trio montpelliérain qui sont originaux, pas l’emploi d’une langue parlée par 274 millions de personnes (source OIF). Ceci passerait-il mieux en anglais ? Peut-être. Ou pas, là n’est pas la question. Certains Français sont suffisamment à l’aise avec l’usage de leur langue que toutes les possibilités musicales s’offrent à eux, et c’est le message principal. La voix, assez caractéristique, assez orientée chanson française est parfois proche de Florent Marchet (Il Ne Me Reste) même si le lyrisme est radicalement différent et l’emphase bien plus marquée.

Outre les deux sommets susmentionnés, ils ne jouent pas la sécurité avec le dense et profond Secousses. C’est dans ce genre de morceau qui s’éloigne très nettement des canons ‘chansons’, comme Hors de Portée qui part sur un beat, Mes Nuits Sonnent Faux qui se renforcent de cordes ou La Tête Haute qui se densifie.

Un album n’est pas bon parce que son idée est bonne, mais parce que les chansons le sont. Le plus important au fond, c’est que Volin nous gratifie de titres vraiment forts. Qu’ils se distinguent du genre auquel elles émargent est finalement accessoire. Vous écoutez et on en reparle ?

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Volin - Volcan 11 septembre 2017 17:08, par Laurent

    Ça m’a régulièrement fait penser à Arman Méliès pour l’intensité, mais plus globalement j’ai surtout eu l’impression de replonger dans les années 90 au festival de Dour, à une époque où se distinguaient divers groupes de rock français crédibles. Le son de ces gars-ci alterne entre ce côté vintage et des moments effectivement plus proches des références américaines citées. Une belle découverte en tout cas, j’attends de voir ce que diront les écoutes suivantes !

    repondre message

    • Volin - Volcan 14 septembre 2017 14:40, par Marc

      Je dois bien avouer que je connais fort peu Arman Méliès. A quels groupes des années ’90 penses-tu ? J’espère que les écoutes suivantes ont confirmé la bonne impression en tous cas !

      repondre message

      • Volin - Volcan 14 septembre 2017 16:35, par Laurent

        Deuxième écoute et oui, j’aime bien j’aime bien !

        Quant aux références, j’évoquais surtout un plongeon impressionniste dans une époque et une ambiance, des sonorités moins léchées qu’aujourd’hui. Je pensais majoritairement à des groupes français qui chantaient en anglais, il y en avait quelques-uns (c’était avant la loi Toubon) mais je me rappelle tout au plus des Thugs, vaguement de Sloy, de So... les francophones étaient un peu moins crédibles même si pour moi ça baigne dans le même océan de souvenirs (la comparaison n’est pas toujours flatteuse mais je pourrais citer Daran, Dolly, dans le meilleur des cas Diabologum). Ce côté vintage, je disais, mais présent seulement sur quelques morceaux.

        Sinon, Arman Méliès je conseille. Écoute "Constamment Je Brûle" du dernier album et le reste devrait couler de source (allez, pour la route : sa reprise d’ "Amoureux Solitaires est à tomber aussi).

        repondre message

        • Volin - Volcan 29 septembre 2017 14:11, par Marc

          Bon, il se confirme que j’ai raté le coche avec Arman Mélies, c’est en effet proche dans l’intention et le résultat.

          Je vois bien cette époque, où on imaginait qu’on allait passer du temps avec Diabologum et où on ne pensait pas encore que Dyonisos ne tenait pas la route deux secondes. Sinon, ils ont passé Larusso au bon disque ce matin...

          repondre message

          • Volin - Volcan 26 mars 2020 19:22, par Benoît Pontegnie

            Pas éloigné d’Arman Mélies effectivement. Son morceau "Dora" devrait te donner le frisson ... aussi.
            Il en est déjà à son 6ème album si jamais.

            repondre message

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • Maxwell Farrington & Le Superhomard - Please, Wait...

    On ne peut pas dire que la paire formée par Maxwell Farrington et Le Superhomard (le producteur français Christophe Vaillant) se repose sur les lauriers d’un premier album remarqué. Après un EP il y a deux ans et une tournée intense, voici déjà le second album en peu de temps sur le toujours excellent label Talitres.
    Australien établi à Blinic en Bretagne, Maxwell Farrington propose sa belle voix de (...)

  • Heeka - The Haunted Lemon

    Il faut se méfier des avis trop rapides, des débuts d’albums trompeurs. Ce sur les morceaux initiaux du premier album de l’artiste flamande (née Hanne Hanegraef) installée dans le sud de la France doivent beaucoup aux voix, dédoublées. Quelque part entre Camille et Agnes Obel, ces morceaux intrigants et séduisants à la fois ne représentent cependant qu’une facette d’Heeka.
    Une fois mis en confiance, (...)