Accueil > Musique > 2018 > Antoine Armedan - Sous La Lune

Antoine Armedan - Sous La Lune

mardi 3 juillet 2018, par Marc


Hasard ou convergence d’intérêts, les sorties en français ont été plus nombreuses en ces colonnes ces derniers mois. Récemment, on vous a parlé soit de fortes personnalités établies (Dominique A, Barbara Carlotti) ou de chemins de traverse pop ou electro-pop pratiquant pour tout (Mortalcombat, Pépite, Thousand, Ravages, L’Impératrice, Barbarie Boxon) ou en partie (I Am Stramgram, Ella/Foy) la langue Française. A cette aune, la chanson du Belge Antoine Armedan est plus traditionnelle. Mais elle reste suffisamment actuelle pour éviter la naphtaline de la révérence et surtout ne pas sombrer dans la variété.

La variété est donc ici plus une qualité qu’un genre. On retrouve en effet aussi bien une inclinaison folk-pop sur le relevé Si Je Te Disais logiquement présenté en tête de gondole au ska sur A La Sauvette, façon originale de traiter la vie d’immigrants.

La voix en avant (on est en chanson française après tout) permet cette diversité. Pas trop typée, elle ne touche jamais ses propres limites. Tant Que Je Passe en morceau acoustique assez raccord avec mode est impeccablement réalisé. La lenteur est aussi maîtrisée, ce qui est gage de qualité. Le violon de Dimanche Après-Midi a ainsi toute la sobriété qu’il faut et le sens mélodique fait le reste. Pour le reste, le tempo est l’allié de L’Equilibriste (celui qui m’est resté en tête le plus souvent).

Antoine Armedan est une belle découverte qui ravira sans doute ceux qui aiment la chanson française. Pas passéiste pour un sou, proprement chantée et variée, elle a le goût de la qualité, sans mièvrerie. On n’en demandera jamais plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)