Accueil > Critiques > 2018

Antoine Armedan - Sous La Lune

mardi 3 juillet 2018, par Marc


Hasard ou convergence d’intérêts, les sorties en français ont été plus nombreuses en ces colonnes ces derniers mois. Récemment, on vous a parlé soit de fortes personnalités établies (Dominique A, Barbara Carlotti) ou de chemins de traverse pop ou electro-pop pratiquant pour tout (Mortalcombat, Pépite, Thousand, Ravages, L’Impératrice, Barbarie Boxon) ou en partie (I Am Stramgram, Ella/Foy) la langue Française. A cette aune, la chanson du Belge Antoine Armedan est plus traditionnelle. Mais elle reste suffisamment actuelle pour éviter la naphtaline de la révérence et surtout ne pas sombrer dans la variété.

La variété est donc ici plus une qualité qu’un genre. On retrouve en effet aussi bien une inclinaison folk-pop sur le relevé Si Je Te Disais logiquement présenté en tête de gondole au ska sur A La Sauvette, façon originale de traiter la vie d’immigrants.

La voix en avant (on est en chanson française après tout) permet cette diversité. Pas trop typée, elle ne touche jamais ses propres limites. Tant Que Je Passe en morceau acoustique assez raccord avec mode est impeccablement réalisé. La lenteur est aussi maîtrisée, ce qui est gage de qualité. Le violon de Dimanche Après-Midi a ainsi toute la sobriété qu’il faut et le sens mélodique fait le reste. Pour le reste, le tempo est l’allié de L’Equilibriste (celui qui m’est resté en tête le plus souvent).

Antoine Armedan est une belle découverte qui ravira sans doute ceux qui aiment la chanson française. Pas passéiste pour un sou, proprement chantée et variée, elle a le goût de la qualité, sans mièvrerie. On n’en demandera jamais plus.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)