Accueil > Musique > 2018 > Marissa Nadler - For My Crimes

Marissa Nadler - For My Crimes

mercredi 24 octobre 2018, par Marc


Sur le premier morceau du nouvel album de Marissa Nadler, un doute moche survient : a-t-on déjà entendu ce morceau ou pas ? Il faut dire qu’au long de douze années de fréquentation plutôt assidue de sa musique concrétisées par dix critiques, on n’a pas eu à constater de brusque changement de cap. Mais avant la fin de ce For My Crimes (le morceau, pas l’album), on est déjà reconquis, même si on s’était présentés en victimes consentantes. On sait qu’on va aimer un album de Marissa presque avant de l’écouter et elle ne nous a encore jamais donné tort.

Certes, elle creuse toujours le même sillon, plus ou moins profondément. Ce qu’on demande, ce sont des morceaux forts pour incarner ce style affirmé. On a pu par le passé la comparer à Hope Sandoval (Mazzy Star et autres) mais force est de constater qu’avec le recul sa discographie est bien plus consistante et constante.

La forme a oscillé entre le pur picking/voix des débuts et une inclination vers la dream-pop crépusculaire (le toujours recommandable Little Hells) et puis la synthèse actuelle, plutôt simple d’apparence mais assez fouillée et profonde en réalité. Les arrangements sont toujours judicieux, comme le violon simple mais saturé d’effets sur I Can’t Listen To Gene Clark Anymore ou le violoncelle grave de Lover Release Me. Il faut prêter l’oreille pour l’entendre mais ce n’est pas nécessaire non plus, la sobriété d’Are You Really Gonna Move to the South. On retrouve son délicat picking sur Interlocking mais s’il est poussé en avant, ce n’est qu’une des composantes du son.

Blue Vapor est un morceau encore plus dense et qui avait donné bien envie en tant que single éclaireur. Elle y ajoute des cuivres qui donnent une autre coloration, tout en se fondant admirablement dans l’infinité des teintes de gris. C’est un de ses meilleurs morceaux, une des plus intéressantes variations sur son style. Il y a aussi quelques invitées prestigieuses. Sharon Van Etten étant la plus visible sur le splendide I Can’t Listen To Gene Clark Anymore mais il y a aussi Kristin Kontrol (Dum Dum Girls) et Angel Olson.

Elle arrive à faire des adieux touchants à une voiture, même si c’est figuré (Say Goodbye To That Car) et cet album marqué par le questionnement compte ses habituels surgissements

In your sleep you called me Nathalie/That’s the nicest thing you said
You said I Lived for tragedies/So I threw your keys at your head
(All Out Of Catastrophes).

La mélancolie est un art majeur, on le sait depuis un siècle et demi et la chanteuse américaine porte haut ces (non) couleurs-là. Et album après album, elle arrive à ne jamais nous lasser et retisser ce lien qui nous lie à elle de façon maintenant indéfectible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marissa Nadler - For My Crimes 25 octobre 2018 21:51, par Laurent

    Un très grand cru. Je ne suis pas loin de penser que c’est le sommet de sa disco - ce qui n’est pas peu dire ! J’en profite, cher Marc, pour souligner qu’un disque est en train de passer injustement en dehors des radars, c’est le dernier album d’Alina Orlova. J’ai dû passer par un obscur importateur lituanien pour pouvoir en profiter, et il vaut le détour. Et puis vivement demain : nouveau Soap & Skin ! Décidément l’hiver est à nos portes, c’est l’heure d’aller couper des bûches, ça va crépiter dans l’âtre et tous ces disques mélancoliques tombent à point nommé...

    repondre message

    • Marissa Nadler - For My Crimes 26 octobre 2018 08:11, par Marc

      Salut Laurent !

      Son meilleur album ? Probablement. En tous cas son plus varié, son plus complet, son plus dense. Personne d’autre ne peut faire ce Blue Vapour.

      Si j’ai bien tout compris, l’album d’Alina Orlova est sorti en juillet en Lituanie et ressorti en Europe la semaine passée. J’ai mis la main dessus, c’est évidemment très bien, je termine un articulet pour très bientôt.

      Soap & Skin a l’air de revenir en forme, je suis curieux d’entendre l’album complet. La Toussaint sera de haut niveau cette année !

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)