Accueil > Musique > 2019 > Buke and Gase - Scholars

Buke and Gase - Scholars

lundi 11 février 2019, par Marc


On se rend compte des efforts intenses qu’il faut développer pour se singulariser en 2019. Ne pas se laisser submerger par la masse de groupes plus ou moins identiques réclame en tous cas un bel engagement mais dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, on peut conclure que ces efforts payent.

A la base, le concept de ce duo est la combinaison du buke (ukulele bariton) et de gase (guitare basse) qui donne son nom au projet new-yorkais. La voix d’Arone Dyer semble proche de celle d’Emily Haines (Metric). Elle a d’ailleurs une belle référence pour être présente sur The System Only Dreams In Total Darknessde The National. Le traitement de la voix est aussi très étudié, plus mystérieux sur Eternity. On songe à la répétition lancinante de The Kills mais sur un mode bien plus élaboré. Bon, on ne cautionnera pas toujours le vocoder de Temporary mais d’une manière générale, cette voix est un des points d’attraction du groupe.

Musicalement, on parlera de pop un peu âpre et aventureuse. J’imagine qu’on sort le label art-pop dans ce cas. Pop parce les mélodies sont là sous la carapace de son, sous les exosquelettes qui structurent ces morceaux mais arty tout de même parce que s’ils n’ont pas simplement voulu épicer des bluettes, le travail sur le son donne une épaisseur certaine au propos, relançant les morceaux à intervalles courts et réguliers. La plage titulaire en est un bon exemple.

Dans les affinités électives, ceci plaira davantage à ceux qui apprécient des choses comme White Wine (ou les projets de Joe Haege d’une manière générale) ou Menomena. Ou St Vincent dont Pink Boots pourrait être une version moins clinquante. Pensez à Metric produit par James Stewart si vous tenez absolument vous en faire une image mentale avant d’attaquer l’écoute ci-dessous qui reste bien conseillée. Des stries de guitare rehaussent le tout (Grips) et on note d’une manière générale de bien habiles constructions. Tout n’est pas bizarre et il y a bien des morceaux qui facilitent l’écoute intégrale. Dans ces chemins de traverse finalement plus fréquentés qu’on ne le pense, le duo de Brooklyn propose un album solide et aventureux qui devrait trouver un bon public.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)