Accueil > Critiques > 2019

Buke and Gase - Scholars

lundi 11 février 2019, par marc


On se rend compte des efforts intenses qu’il faut développer pour se singulariser en 2019. Ne pas se laisser submerger par la masse de groupes plus ou moins identiques réclame en tous cas un bel engagement mais dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, on peut conclure que ces efforts payent.

A la base, le concept de ce duo est la combinaison du buke (ukulele bariton) et de gase (guitare basse) qui donne son nom au projet new-yorkais. La voix d’Arone Dyer semble proche de celle d’Emily Haines (Metric). Elle a d’ailleurs une belle référence pour être présente sur The System Only Dreams In Total Darknessde The National. Le traitement de la voix est aussi très étudié, plus mystérieux sur Eternity. On songe à la répétition lancinante de The Kills mais sur un mode bien plus élaboré. Bon, on ne cautionnera pas toujours le vocoder de Temporary mais d’une manière générale, cette voix est un des points d’attraction du groupe.

Musicalement, on parlera de pop un peu âpre et aventureuse. J’imagine qu’on sort le label art-pop dans ce cas. Pop parce les mélodies sont là sous la carapace de son, sous les exosquelettes qui structurent ces morceaux mais arty tout de même parce que s’ils n’ont pas simplement voulu épicer des bluettes, le travail sur le son donne une épaisseur certaine au propos, relançant les morceaux à intervalles courts et réguliers. La plage titulaire en est un bon exemple.

Dans les affinités électives, ceci plaira davantage à ceux qui apprécient des choses comme White Wine (ou les projets de Joe Haege d’une manière générale) ou Menomena. Ou St Vincent dont Pink Boots pourrait être une version moins clinquante. Pensez à Metric produit par James Stewart si vous tenez absolument vous en faire une image mentale avant d’attaquer l’écoute ci-dessous qui reste bien conseillée. Des stries de guitare rehaussent le tout (Grips) et on note d’une manière générale de bien habiles constructions. Tout n’est pas bizarre et il y a bien des morceaux qui facilitent l’écoute intégrale. Dans ces chemins de traverse finalement plus fréquentés qu’on ne le pense, le duo de Brooklyn propose un album solide et aventureux qui devrait trouver un bon public.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)