Accueil > Critiques > 2016

Monolog - Morphée Cabaret Troopers

mardi 20 septembre 2016, par marc


Certaines formes de revival sont plus authentiques que d’autres. Le cas du Niçois Pierre Maury n’a jamais laissé planer le doute. Si la différence entre l’hommage et le pastiche est dans l’intention, on avait détecté sur ses premiers EP’s une belle variété et un amour véritable pour la musique sombre fortement cold et très teintée par une certaine vision des eighties. Même s’il est plus proche des sources originelles, je me surprends à préférer Monolog à ceux qui ont pris sans vergogne la direction des stades comme Editors ou Interpol. Parce que souvent, les œuvres des artisans sont plus sincères que celles des industriels. Logiquement, la maitrise d’un artisan est en lente mais perpétuelle augmentation, c’est ce qu’on constate ici aussi.

Et on le voit d’emblée avec l’imparable mélodie de Like A Man qui met dans de bonnes dispositions. Le genre a beau être balisé, on apprécie qu’il s’incarne dans des morceaux forts. Et si le second morceau part sur un mode plus langoureux, on constate une certaine densification qui se confirmera tout au long de l’écoute.

Oui, on pense toujours à Bauhaus ou Sisters of Mercy sur Velvet Glove et ça fait du bien aussi parce qu’il y a de la puissance là-dedans. On croirait presque que Doktor Avalanche ait été emprunté pour l’occasion. On a même le synthé typique pour appuyer le refrain. Fort heureusement tout ceci est bien trop dark pour être de la synth-pop chevelue.

D’une manière générale, la voix est plus convaincante quand elle s’amalgame au reste comme sur Hard To Console. Au rayon des choses qui plaisent, on note les guitares en contrepoint de Sad Sleep, Riders qui dégage une belle mélancolie noire ou Gasoline en long fleuve pas si tranquille.

Comme sur ce qu’on avait déjà entendu de lui, c’est une variété bienvenue qui repose sur plusieurs sources concomitantes qui fait plaisir, une dévotion totale à un genre (c’est même publié par Unknown Pleasures Records) sous toutes ces coutures. Evidemment, on devine que c’est un public amateur déjà initié qui aura le plus de plaisir mais les morceaux tiennent suffisamment tout seuls pour que tout le monde y trouve son compte. La passion gratifiante quoi.

http://www.monolog.fr/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)