Accueil > Musique > 2016 > Séance de Rattrapage #47 : Khompa, Roncea & The Money Tree, Self Defense (...)

Séance de Rattrapage #47 : Khompa, Roncea & The Money Tree, Self Defense Family

lundi 12 septembre 2016, par Marc


KHOMPA - The Shape of Drums to Come

Ce ne sont pas toujours les installations les plus sophistiquées qui produisent le meilleur son, mais on peut au moins reconnaitre au projet KHOMPA de l’Italien Davide Compagnoni de tenter des choses. La base, on l’entend bien vite, est un ensemble composé d’une batterie conventionnelle mais qui sert aussi de commande pour des synthés et des séquenceurs.

Le résultat est logiquement une sorte de post-rock très porté sur la pulsation. Le rythme est souvent très élevé, voire hystérique par moments. On se dit que ça va se calmer un moment donné, mais non, c’est tout le contraire qui arrive… Mais ce n’est pas non plus systématique ou monotone puisqu’il ajoute un synthé lancinant sur Louder, qu’il fait repartir The Shape et ajoute des voix en anglais et en japonais (celle de Taigen Kawabe).

Dans le genre, on se souvient de l’album des Liars orienté sur la batterie quand leurs moments moins excités se rapprochent plus de Holy Fuck dont on vous parlait récemment. Il y a aussi des moments plus abstraits sur Wrong Time Wrong Place qui boucle cet énergique EP par une note plus expérimentale et moins séminale. Cet EP sort d’ailleurs sur Monotreme, qui abrite aussi 65 Days of Static, This Will Destroy You, Sleepmakeswaves ou Niagara. Une belle lignée pour cette production barrée et énergique.

Roncea & The Money Tree - Self Titled

On ne va pas se mentir, on ne connait presque pas la scène indé italienne. Et ce ne sont pas les sporadiques découvertes qui vont changer ça. Ceci dit, on a déjà trouvé son bonheur musical par là-bas (Niagara, Foxhound…) et peut ajouter Roncea dont on ne connait finalement pas grand’chose. A part que le chanteur qui s’est associé à The Money Tree a eu l’occasion d’ouvrir la scène pour des formations comme The National, The Coral ou Arctic Monkeys.

Sans doute par coincidence, c’est à la formation de base d’Alex Turner qu’on pense dns une version light mais plaisante sur Weak. Ils nous sortent donc un album pop à guitares, ce qui est plaisant de temps à autres, mais nécessite de bons morceaux. Et il y en a comme Find Me qui lance les hostilités de belle façon, avec quelques petits riffs discrets pour appuyer le tout.

Pour le reste, la voix fait aussi un peu penser à Eliott Smith (Under My Skin, Another Word) et ce genre de balade en mode volontairement mineur (Love Is Bad). Ce qui les rend aussi assez convaincants en pure balade (A Place to Stay) et fait de cet EP une œuvre attachante parce que hors du temps et des modes, seulement soucieuse de nous donner quelques moments de calme et de douceur relevée.

Self Defense Family - Colicky

Les détails biographiques doivent peu importer en musique, il faut que le son prime. On sait juste de ce groupe qu’il s’agit d’un collectif variable de musiciens européens et américains regroupés autour du chanteur Patrick Kindlon.

On présente ça comme du post-punk mais à l’entame de cet EP de quatre titres, Les guitares renvoient plutôt vers des choses comme Les Savy Fav ou The Hold Steady, de bien chouettes choses énervées. Sur All The Same Time, la voix monte un peu et se met en danger et est encore plus proche des deux références susnommées.

On est plus proche de la définition originelle avec le groove vénéneux de It Isn’t Very Clear, Is It ? Mais s’il fallait avoir une bonne raison d’aborder ce quatre-titres, c’est le morceau de bravoure est gardé pour la fin. Brittany Murphy in 8 Miles passe donc la surmultipliée, se terminant par un long chorus intense, trois minutes de gros son et de tension qui déboule et enfonce sans effort les comparaisons qu’on pensait flatteuses. De quoi donner du coffre à un petit EP bien compact et prometteur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)