Accueil > Musique > 2006 > Yeah Yeah Yeahs : Show Your Bones

Yeah Yeah Yeahs : Show Your Bones

lundi 28 août 2006, par Marc


"Victime de la mode, tel est mon nom de code". Ainsi s’exprimait MC Solaar avant de sombrer dans un anonymat qui correspond bien à sa baisse d’inspiration. C’est donc motivé par l’insistant tam-tam que je me penche sur cet album qui semble être la quintessence de l’orthodoxie indé. Nous allons voir qu’en fait on n’en est pas loin. Même si l’accélération du temps faisant son oeuvre, ceci risque d’être bien vite frappé d’obsolescence, par la faute de plus jeunes encore plus énervés (Be Your Own Pet). Saluons tout d’abord, après les Shout out louds et Clap your hands say yeah, le patronyme des plus festifs (plus que I Love You But I’ve Chosen Darkness par exemple).

Un groupe sans basse, forcément c’est brut de décoffrage. Mais ils ont le bon goût de ne pas ajouter à l’aspérité naturelle. Evidement, on ne peut pas ajouter la basse discoïde qui permet à de la musique d’inspiration plus froide (Bloc Party, The Killers, Editors) de signer des titres dansants. On aboutit dans le meilleur des cas à l’urgence comme de The Kills. Mais avec une volonté plus "pop" (guillemets de rigueur, ce n’est pas exactement du Joan Jett même si certaines intonations s’en rapprochent).

La voix de la chanteuse Keren O est à cet égard juste comme il faut, gouailleuse et énervée juste à point. On a souvent rêvé que Shirley Manson s’abandonne de la sorte de temps en temps. Tout ceux qui ont souvent regretté le côté policé de Garbage devraient trouver dans cette triple interjection de quoi les satisfaire.

Mais tout n’est pas emballé pied au plancher. The Sweets par exemple se veut une respiration parmi ces brûlots. Mais c’est plus fort qu’eux, la déflagration vient malgré tout... Même chose pour Warrior et le final Turn into. Fancy est cependant un moment de lourdeur, à la limite du stoner.
Finalement, c’est encore une plongée dans les fondamentaux du rock brut. Quand on est habitué à moins de mièvrerie, c’est indéniablement sous cette forme qu’on le préfère. Mais la volonté est de partir d’un line-up forcément brut pour proposer des compositions accessibles. Un peu comme les White Stripes mais en moins intransigeant. Mais une fois le procédé admis et apprécié, il reste un titre très marquant (l’épique HoneyBear est irrésisitible) et beaucoup de bons (Mysteries, Cheated hearts, Turn into).

Cet album de rock se montre plus soucieux de montrer aux gens qui avaient apprécié la sécheresse et l’énergie du premier album leur capacité à baisser la garde pour faire ressortir un songwriting somme toute classique.

Les autres apprécieront un rock qu’il pourront écouter la tête haute puisqu’il correspond point par point à ce qu’on est en droit d’attendre d’une musique pop-rock "indépendante" (guillemets de rigueur), c’est à dire facile à écouter mais sans tomber dans la production mainstream honnie. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)