Accueil > Critiques > 2010

Delphic - Acolyte

lundi 11 janvier 2010, par Fred, marc

Décalqué


Quand un groupe sonne trop clairement comme un autre, cette envahissante comparaison peut nuire au plaisir, voire même au discernement. Par exemple, j’ai au début tellement associé Interpol à Joy Division que j’ai trouvé Antics bien mièvre. J’ai depuis révisé mon avis et trouvé des qualités propres à la bande de Paul Banks.

Au début donc, l’ombre de New Order plane tellement au-dessus des Delphic que cette décalque semble un peu inutile. Cette impression est née après trente secondes de concert du Pukkelpop. Les éruptions de guitare, le son de cette guitare (Doubts), les gimmicks de voix samplée, il ne manque aucun bouton de manchette dans leur costume pour être le tribute-band idéal, pas même une origine de Manchester. Etrangement, c’est le son tellement caractéristique de la guitare qui est connoté, pas celui pourtant mille fois copié de la basse de Peter Hook.

L’autre défaut potentiellement rédhibitoire, à savoir des morceaux interminables qui pourtant ne commençaient jamais vraiment, est moins patent ici que lors de leur prestation sur la plaine limbourgeoise : parce qu’on peut faire autre chose que se balancer mollement une bière à la main. Ce n’est pas de la musique taillée pour la scène si vous voulez mon avis et c’est en tant qu’accompagnement qu’elle prend son sens. Parce qu’elle n’est pas assez vitaminée pour viser le dancefloor ou assez complexe et travaillée pour être évocatrice. On sent néanmoins que plusieurs morceaux pourraient clairement servir de terrain de jeu à quelques remixers (Boyz Noize, 2 Many Dj’s, Optimo, M.A.N.D.Y., un peu tous les genres). Donc c’est en « support » que je l’ai le mieux appréciée. Quoi qu’il en soit, certains morceaux peuvent toujours apparaître comme longuets (Counterpoint).

Vous avez compris qu’il y a les limitations d’usage. Et d’un strict point de vue plaisir d’écoute donc ? La musique de Delphic est de celles qui ne vous laisseront jamais perplexe. C’est uniformément bien emballé, et ils ne s’aventurent pas dans des styles qui ne leur conviennent pas et certains morceaux sont sortis de leur torpeur linéaire par des soli de guitare.

La plage titulaire, semblant lorgner du côté du premier The Fields, aurait également profiter de plus de concision. Ces 8 minutes paraissant en comporter 3 de trop. Le retour de la voix sur le morceau (Halcyon dont la progression initiale pourrait se trouver sur le dernier Bloc Party) suivant nous fait constater qu’elle ne nous avait pas manqué. Et que les refrains légers et poppy, ce n’est pas trop notre truc. Les chants trop diaphanes de Remain non plus d’ailleurs. A moins qu’ils ne soient plus abstraits comme sur This Momentary qui lui peut, si on utilise son chausse-pied à références, évoquer Underworld. D’une manière générale, le chant de Delphic manque de charisme, ce qui constitue un certain handicap. La voix est agréable mais assez quelconque et manque de présence et de tripes. L’interprétation trop en retrait, ne créera pas l’émoi. On terminera en disant que ça se prend aussi parfois pour du Fischerspooner (le début de Clarion Call, les claviers, les voix doublées délicates).

Donc ils arrivent à sortir du carcan eighties avec un certain bonheur. On s’éloigne de l’hommage dans ces cas-là. On reste donc partagés entre l’idée que ça n’apporte rien de neuf mais que c’est au moins aussi bon que les dernièreslivraisons de New Order. Qui n’étaient pas loin s’en faut les meilleures je vous l’accorde. On a bien déjà entendu ça et là quelques petits cris enthousiastes à l’évocation de Delphic. Si le produit est très loin d’être toxique et se révèle même fort agréable à l’oreille, il ne fait qu’un peu dépoussiérer ce que d’autres ont au moins aussi bien fait il y a 20 ans en ajoutant un son qui s’inspire parfois de tendances actuelles de l’électronique. C’est ce qui condamne cet album à une postérité pour le moins problématique mais ne devrait pas vous décourager de l’écouter ici et maintenant.

http://www.delphic.cc/


Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)