Accueil > Musique > 2007 > Deerhunter : Cryptograms

Deerhunter : Cryptograms

mercredi 28 février 2007, par Marc

Noir sur toutes les faces


Peut-être que je suis trop Pitchfork à la lettre. Mais leurs suggestions tapent souvent dans le mille. Encore une fois, c’est via ce medium que j’ai découvert Deerhunter. D’une manière paradoxale, ce sont des Etats-Unis que proviennent les plus intéressantes tentatives de renouveler ce genre plutôt désuet qu’est la cold-wave en tentant – et réussissant – des hybridations nouvelles. Il suffit de citer les Texans de I Love You But I’ve Chosen Darkness ou Snowden (originaires d’Atlanta comme Deerhunter) pour comprendre que de belles réussites sont encore possibles.

Deux choses frappent d’emblée à l’écoute de cet album : la variété des genres en présence et l’agencement des morceaux. Il s’agit en effet d’un album pour le moins ambivalent puisque près de la moitié des titres sont des pièces instrumentales ambient assez sombres. Le reste quant à lui oscille entre dream-pop vintage et cold-wave robotique.

Revue de détail. Si on pense à Joy Division sur la plage titulaire, on songe plus à l’esprit qu’à la forme. En effet, dès qu’on entend quelques notes d’Interpol ou des Editors, on songe au légendaire groupe de Manchester alors que c’est juste le souvenir qu’on en a à travers la répétition de gimmicks. Ecouter Joy Division, c’est se retrouver face à une musique plus noire et plus bruyante. On retrouve donc ici l’esprit du Velvet Underground qu’Ian Curtis avait insufflé. Lake Somerset est quant à lui un rejeton malsain des alliances contre-nature de I Love You But I’ve Chosen Darkness pour les réminiscences de Echo And The Bunnymen et de Nine Inch Nails pour l’aspect robotique. Le tout glisse vers une fausse cacophonie modérée par une rythmique d’abord imperturbable mais qui se joint à la danse. Les morceaux instrumentaux dépourvus de rythmique, n’auraient sans doute rien gagné à se retrouver bout-à-bout sur un album (ou, en l’occurrence, sur un demi-album). Il suffit de songer au malaise qui accompagne l’écoute d’un Ostenbraun de Death In June (référence obscure, j’en conviens) par exemple. Les deux styles ne semblent fusionner que sur Octet, un long crescendo qui semble le carnet de voyage du Velvet Underground au pays des chauves-souris. Ce morceau marche sur la longueur, c’est-à-dire quand on se laisse aller à la répétition de ce rythme hypnotique. Le reste, situé en fin d’album, peut être assimilé à de la dream-pop ou plutôt nightmare pop, un de ces moments où My Bloody Valentine émerge d’un mauvais rêve ou d’une gueule de bois (Spring Hall Convert). Heureusement, il y a aussi des moments moins déprimants avec Strange Lights ou Hazel St. (morceau pop passé au concasseur d’une rythmique qui a l’air déréglée de loin). Ces morceaux tombent à un moment de l’écoute où on pensait que la noirceur était leur seul mode d’expression.

Car c’est aussi l’autre caractéristique de l’album. Alors qu’on se voyait bien installé dans la routine un intrumental malsain / une déflagration cold, les quatre derniers morceaux sont plus ‘pop’. Enfin, ce n’est pas les Fratellis non plus... Alors qu’on pense de prime abord qu’une répartition pareille déforce l’écoute, plusieurs passages sur cet album montrent toute la pertinence de la démarche. Les passages plus calmes rythmiquement offrent des pauses entre des moments intéressants en tant que tels mais qui auraient lassé à se retrouver à la queue-leu-leu. Et les morceaux plus shoegazing (les années ’90 sont de retour, ressortez vos tee-shirts Ride ou Curve) placés en fin d’album auraient semblé incongrus mêlés à la sècheresse de ce qui précède. Ecoutez-le en shuffle (j’ai essayé) et vous aurez l’impression d’une compilation hétéroclite.

Faire un album cohérent avec des références qui partent dans tous les sens ? Ce n’est pas la moindre des performances de Deerhunter. Si évidemment tout ceci suinte la séduction sombre et si le public potentiel (je suis encore une fois top dedans) n’est pas extrêmement large, le talent de Deerhunter pour pratiquer le tout est tellement manifeste que ce curieux objet est l’album qui s’impose si au moins une des références vous plaît.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Deerhunter : Cryptograms 4 mars 2007 23:37, par Paulo

    Allant à paris, j’avais fait ma liste de courses à la fnac et au virgin megastore (on en convient quasi les seuils lieux de refuge pour les messieurs durant un après-midi de shopping)... Et ayant écouter des extraits de Deerhunter sur bleep, je m’en allais confiant, espérant avoir une longueur d’avance sur Marc (j’m’a profondément gouré dirais-je !!!).. Peau de balle comme dirait l’autre, au Virgin le gars m’a ouvert tous les tiroirs du rock indéopendant sans succés tandis qu’à la Fnac il m’a répondu "faut croire qu’on ne nous l’a pas encore proposé !"... Déçu mais un peu fier !

    repondre message

  • Deerhunter : Cryptograms 19 mars 2007 16:51, par Paulo

    ca me fait penser à Frank Black/pixies, meilleur exemple le début du morceau cryptograms... c’est très bon en tout cas !

    repondre message

  • Deerhunter : Cryptograms 27 avril 2007 04:36, par yann dintcheff

    l’album est excellent. le disque est distribue par differant. je l’ai trouve a rhyzome rec a rouen... apparemment il est aussi fnac bastille.

    repondre message

    • Deerhunter : Cryptograms 27 avril 2007 18:33

      Parfois certains albums sont moins bien distribués en Belgique.

      Par contre, ils viennent de sortir un EP enregistré pendant le mixage de Cryptograms que je n’ai pas encore trouvé (ça s’appelle Fluorescent) ici (à Seattle).

      repondre message

    • Deerhunter : Cryptograms 2 septembre 2007 22:36, par Konrad

      konrad ! aka le tank ! c’est donc toi !

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)