Accueil > Critiques > 2016

Séance de Rattrapage #41 - Zeal Records, encore et toujours

mercredi 27 avril 2016, par marc


Non, nous n’avons pas de lien de collaboration avec Zeal Records. Mais il faut avouer qu’avec un quatorzième article on les marque à la culotte. Et on ne va pas les lâcher de sitôt. Voici donc trois artistes distribués par les indispensables louvanistes et tous achetables via ce lien Bandcamp : https://zealrecords.bandcamp.com/

Astronaute - Petrichor

C’est sans doute bien anecdotique, mais à l’aveugle, bien malin qui pourra deviner que le chanteur d’Astronaute est en réalité une chanteuse. C’est un peu déroutant quand on l’apprend , mais passe vite au second plan. Parce que l’organe de Myrthe Luytens (qui est aussi bassiste de Mad About Mountains dont on vous parle ci-dessous) est délicat et colle parfaitement au propos de son premier album.

Comme chez nombre de formations flamandes, on sent une grande imprégnation de la culture americana. Certes, elle se passe de bien des poncifs (ce n’est pas de la country non plus) mais ces mid-tempos bien tempérés respirent les grands espaces intimes.

Ele déroule donc une liste de morceaux impeccables, bien aidée par des membres de groupes dont on ne pense que du bien et du même label (Isbells, Marble Sounds…). C’est d’ailleurs le piano de Gertd Van Mulders qui rend Hospital si poignant. L’émotion retenue est un art difficile bien maitrisé ici. On pourra aussi citer la fin de Scales dans les meilleurs moments de ce premier album qui dégage un spleen discret mais tenace.

Petrichor est le nom de cette odeur spéciale que dégage la pluie qui tombe sur un sol sec. Il fallait bien une allusion subtile pour nommer cet album.

Eyemèr - Temporarily Colour Blind

Eyemèr est le projet de la jeune Gantoise Sarah Devreese (22 ans). Finaliste en 2014 du réputé Rock Rally de Humo, elle a sans doute quelques qualités qui pourrait la distinguer. On avait dit pour Boy and The Echo Choir qu’il y a des artistes qu’il l’ont et qu’on ne peut parfois que se borner à le constater.

A cette aune-là, Eyemèr l’a sans conteste. Et d’ailleurs, le rapprochement avec Boy n’est pas si anodin, on en retrouve ici la beauté légèrement sombre. Côté voix, on penche plutôt du côté d’Agnes Obel, ce qui est de toute manière de bon aloi.

Elle fait aussi partie de ces chanteuses hantées, de celles qui peuvent dédoubler la voix par des chœurs lugubres pour donner corps à sa musique. Oui, c’est bien à Soap&Skin qu’on pense au détour du très prenant Snowflake (qui bénéficie du renfort de Daan Schepers de Bazart). Mais on ne pourra pas la confondre avec ces trois figures tutélaires, notamment parce qu’elle utilise surtout des guitares acoustiques. Et elle n’en a besoin que d’une pour enchanter You Gave My Heart ou deux pour densifier Candles. Elle peut aussi compter sur le talentueux Kevin Imbrechts (Illuminine) pour apporter un peu de légèreté. Vous l’aurez compris, la jeune Gantoise est une artiste dont on va vous reparler.

Mad About Mountians - Radio Harlaz

C’est de la slide guitar qui vous accueille à l’entame de Radio Harlaz de Mad About Mountains. On ne peut donc pas dire que le groupe d’Hasselt impose d’emblée un revirement brutal de cap. On avait pour le précédent Harlaz évoqué l’Amérique de Neil Young (qui est Canadien, mais passons…), ses grands espaces, son spleen arrêté. On retrouve tout ça ici aussi puisqu’ils en ont gardé la limpidité mélodique des balades (I’ll Be Me)

Depuis, on a aussi découvert l’escapade solo de la bassiste et chanteuse Myrthe Luyten avec Astronaute évoqué ci-dessus et on est contents de voir qu’ils ne font pas vraiment la même chose. Ils ont en effet eu le bon goût de maintenir branchée la prise d’électricité sur Look at Him Now, de garder leurs chorus denses et aériens (The Wishing Well). On peut donc profiter de ces guitares languides sur la fin de Stronger, d’un joli Numbers donnant un sourire spleenesque ou des 8 minutes maitrisées de Radio Nowhere.

Dans le genre, c’est plus intimiste que, disons, Midlake. On le voit, les points de références sont toujours éloignés de la Flandre d’où ils proviennent. Sans coup d’éclat mais réussissant tout ce qu’il entreprend, Radio Harlaz est un de ces albums qui séduisent sans forcer, sans effet de manche. N’attendez donc pas de revirement stylistique de la part de ce groupe décidément bien attachant. Sur leur troisième album, Mad About Mountains confirme un très beau savoir-faire.

http://www.madaboutmountains.be/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)