Accueil > Musique > 2011 > El National Quaterback - Monarchs

El National Quaterback - Monarchs

jeudi 3 février 2011, par Marc

Hold on


Si on a toujours privilégié l’indépendance en tant qu’amateurs de musique, au cours des années on est amenés assez naturellement à rencontrer ou simplement avoir des contacts avec des responsables de petits labels, lesquels sont plus actifs pour faire connaître leurs poulains. Je ne cache pas une certaine admiration pour ceux qui s’engagent dans cette voie, qui sont derrière des projets excitants comme Spank Me More Records (Trotz Ensemble, Le Double, Casse-Briques), Cheap Satanism (Joy As A Toy, Trike, Keiki…), Depôt 214 (Cecilia ::Eyes) ou Jaune Orange.

C’est donc de l’écurie liégeoise que sort ce jeune groupe formé en 2005. Première référence, c’est John Vanderslice qui s’est chargé du mixage. Ce nom ne me disait rien avant que je me rende compte qu’il était aussi derrière l’excellent Gimme Fiction de Spoon. Seconde référence qui me fait plaisir, la citation du Hold on to what you need/We’ve got a knack for fucked up history tiré de l’énorme Spitting Venom de Modest Mouse. J’avoue avoir un peu galéré pour la retrouver, celle-là.

Pour le reste, ce qu’on en a dit pour le passage au Botanique reste d’application, à savoir que c’est énergique et en devenir. Que cette énergie est dispensée de façon non obligatoirement linéaire, ce qui nous gratifie au passage d’une petite poussée de fièvre sur Sinsemenza, des chœurs qui poussent Elephant Shell qui a aussi quelques touches ensoleillées bienvenues. Easy Poller présentant quant à lui un abord plus immédiatement plaisant.

Quand le chant est livré à lui-même sur Lapland (qui me rappelle Drunken Barn Dance pour son évocation de beuveries), il pêche un peu par excès de fragilité. Osons le dire, ce n’est pas l’atout principal du groupe. Il est bon de le rappeler, un premier EP de six est une carte de visite. Et celle d’El National Quarterback est un revenez-y pour le futur. S’ils creusent la voie de la puissance et de l’entrain pop, on a un nom à garder pour les jours prochains.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • El National Quaterback - Monarchs 3 février 2011 16:08, par Laurent

    John Vanderslice qui vient d’ailleurs de publier son fort agréable dernier album... je le chroniquerai peut-être dans uen autre vie (ou celle-ci si je reçois soudain un congé supplémentaire).

    repondre message

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)