Accueil > Musique > 2021 > Albums et EP’s 2021

Albums et EP’s 2021

lundi 27 décembre 2021, par Marc


Mes albums 2021

Les années se suivent et les chiffres aussi. Donc 95 albums et 25 EP’s critiqués en ces colonnes à l’entame de la vingtième année d’existence de ce site... Il y a forcément des découvertes à faire, la plupart des albums et EP’s mentionnés ici sont disponibles en écoute permanente. La passion est là chez nous, j’espère qu’elle l’est chez toi aussi. Merci de me lire et à bientôt !

25. Jeff Maarawi - Terra Papagalli
Et s’il n’y a pas d’hiver/Cela n’est pas l’été. Comme le chantait le vieux Jacques. On aurait tort de survendre le soleil de cet album donc. C’est plutôt l’équilibre entre les envolées et la densité des moments plus calmes qui séduit écoute après écoute et nous fait croire que l’été, c’est maintenant. Même ici.

24. Thee More Shallows - Dad Jams
Dad Jams, c’est de la pop indé dans ce qu’elle a de meilleur, c’est-à-dire quand elle peut se faire inventive et touchante. On retrouve le charme et l’allant de ce qu’on a aimé chez plein de formations (Cloud Cult en tête mais aussi Menomena ou Islands) et rien que pour ça, la réactivation de ce groupe vaut le déplacement.

23. Uzul - Evolve
Une des mesures du talent est la propension à fusionner ses influences pour en faire quelque chose de personnel, cohérent et enthousiasmant. A cette aune, Uzul en a indéniablement, et nous livre un des albums électroniques les plus convaincants de l’année.

21. Ola Kvernberg - Steamdome II - the Hypogean
Le violon jazz du Norvégien se décline en tant de variétés que cet album coule d’un coup d’un seul, ménageant au passage quelques solides giclées de passions. Bref, cet album nous a beaucoup plu par sa façon de distiller de l’euphorie et du savoir-faire sans en avoir l’air.

20. Christine Ott - Time To Die
Plus la musique est aventureuse, plus la part de subjectivité grandit, plus la part d’adhésion est compliquée à partager et plus la critique devient abstraite, voire absconse. Mais le devoir ici est d’encourager à se frotter à une artiste contemporaine d’importance. Christine Ott est essentielle,que ce soit seule ou avec Snowdrops ou Theodore Wild Ride"

20. Will Stratton - The Changing Wilderness
On s’est presque habitués à la discrète virtuosité de Will Stratton mais album après album il imprime sa marque. Infertile Air et sa fin ne peuvent être approchés que par l’Andrew Bird des grands soirs mais au final ce n’est qu’un de ses nombreux hauts faits. Mazette.

19. Cecilia::Eyes - Sore Melodies Always End
Sur Bandcamp, il faut bien se choisir une catégorie et le trio proposé ici Shoegaze, Dream-pop, Post-Rock colle vraiment à ce qu’on entend. Le monde de Cecilia ::Eyes s’élargit donc pour notre plus grand plaisir vu qu’ils ne doivent abandonner aucune de leurs qualités pour élargir leurs horizons.

18. Squid - Bright Green Fields
Le mélange est connu et éprouvé, le plaisir de Squid est donc à chercher ailleurs, dans leur propension à transcender le genre. On ne suit pas seulement ceux qui réinventent la roue mais aussi ceux qui la font tourner avec talent et empressement. Vous l’aurez deviné, c’est à cette dernière catégorie qu’appartient Squid et les promesses de morceaux épars se confirment dans un copieux et dense premier album.

17. Sufjan Stevens and Angelo de Augustine - A Beginner’s Mind
Et si la brièveté du commentaire était le plus bel hommage à la beauté simple de cet album ? Et si c’était le premier album simplement beau de l’imposante et importante discographie de Sufjan Stevens, ici accompagné par un musicien sur la même longueur d’ondes ? C’est bien possible et c’est sans doute la meilleure des surprises non spectaculaires.

16. Raoul Vignal - Years In Marble
Léger ou profond ? Avec Raoul, on ne doit jamais choisir. La légèreté des arpèges, la délicatesse jamais mièvre de la voix et quelques envolées bien senties le confirment, le poulain de l’écurie Talitres n’a pas fini de nous enchanter.

15. Odd Beholder - Sunny Bay
Autre talent helvétique, Daniela Weinmann teinte son electro moderne de tous les sentiments et ambiances. Une écriture serrée et une réalisation parfaite sont des conditions nécessaires mais pas suffisantes pour un grand album. Il y a aussi ce petit plus qui nous est cher chez elle.

14. Joseph d’Anvers - Doppelgänger
Quinze ans après ses débuts, on ne peut plus rechercher le charme des premières fois chez le Nivernais. Il l’a bien compris en se donnant les moyens de sa politique sur un album ambitieux et abouti. Si les pépites de l’époque sont indéniables, ceci est plus constant, plus solide, sans moment faible et constitue sa nouvelle carte de visite.

13. Gina Eté - Erased By Thought
En trois langues et encore plus de styles, la Suissesse Gina Eté est une des belles confirmations de l’année, avec aucune faiblesse et quelques moments qui la distinguent franchement.

12. Tamar Aphek - All Bets Are Off
Cette façon qu’a lIsraélienne Tamar Aphek de trousser un univers à partir d’éléments connus avec une envie grosse comme ça renvoie à St Vincent ou Anna Calvi. On ne va pas se voiler la face, ceci est une musique pour gens intéressés, et j’aime à penser que tu es du nombre. Et ce brassage à haute température va dans doute te plaire, ce plaisir des sens est fait pour être partagé.

11. Fink - IIUII
Fink recrée ses morceaux les plus emblématiques et cette synthèse nous rappelle pourquoi il nous est si cher. Pour se souvenir ou pour découvrir, c’est une porte d’entrée idéale d’un des plus grands auteurs de l’époque. Oui, rien que ça.

10. Islands - Islomania
D’accord, il y a de la sympathie pour la formation développée au cours de quinze années mais les écoutes le confirment, ceci est un très grand album, de ceux qui résistent au temps, qui montrent que l’émotion peut surgir à n’importe quel moment et que certains ont le talent pour la susciter.

9. Lana Del Rey - Chemstrails over the Countryclub
Comme on l’a déjà évoqué dans un passé récent, il n’y a pas que les albums les plus marquants qui définissent une discographie. Sorti peu de temps après ce qui restera sans doute comme son chef-d’oeuvre, cet album plus discret, à la fois empreint de son talent mélodique inégalé et plus discret dans ses effets, donne une vision moins clinquante mais toujours indéniable du talent de Lana. L’émotion point un peu moins peut-être mais c’est une perception éminemment personnelle. Elle est un artiste majeure et est là pour durer, ça par contre c’est indiscutable.

8. Lana Del Rey - Blue Banisters
La surproductive New-Yorkaise (deux albums dans un classement, c’est plutôt rare) installée sur la côte ouest profite de son recul pour essayer des choses, notamment vocalement, pour faire évoluer par touche un style déjà bien affirmé et pousser toujours plus loin son introspection qui est aussi un regard sur l’Amérique.

7. INSTITUT - L’Effet Waouh Des Zones Cotiéres
Paradoxalement, la mélancolie narquoise d’INSTITUT est un réconfort. Parce qu’on a besoin de ne pas prendre trop au sérieux notre fatigante époque. Le trio français (Arnaud Dumatin, Emmanuel Mario et Nina Savary) choisit d’en rire mais pas trop, d’en souligner avec une certaine gourmandise les excès de langage et il faut le dire, ça nous fait beaucoup de bien.

6. Antoine Wielmans - Vattetot
Plus qu’une escapade d’un chanteur dont on aime le groupe, c’est un nouveau talent francophone qu’on salue ici. Un album de pop française qui garde les qualités de mélancolie de Girls In Hawai, on n’avait en effet jamais osé le penser. Mais on l’a, maintenant. Et on le garde.

5. Albin de la Simone - Happy End
Happy End propose un équilibre parfait entre son minimalisme qui magnifie ses propres chansons et une luxuriance sous-jacente qui sortent ces morceaux de tous les pièges du misérabilisme. Seul le Yann Tiersen des grands jours peut revendiquer une telle réussite. Forcément moins attendu que ses parfaites dernières réalisations, cet album distille de la densité sans lourdeur, permettant à la musique d’Albin de la Simone de garder tout son suc.

4. PLEINE LVNE - Heavy Heart
Certes, le spectre de Nick Talbot (Gravenhurst) plane au-dessus de cet album et c’est sans doute ce qui nous a permis d’être chez nous tout de suite chez lui. Mais il n’y a pas que ça. Si on est restés, si on est revenus encore et encore sur cet album, c’est parce que ce mélange de sensibilité et d’électricité, cette façon d’enchanter la nudité est vraiment forte.

3. Marissa Nadler - The Path of the Clouds
L’évolution de Marissa Nadler en tant qu’artiste est remarquable. L’amplitude de ses capacités ne cesse de nous étonner. A titre purement personnel, on ne peut s’étonner de noter que cet album sans défaut suscite aussi un peu moins d’émotion pure que certains de ses hauts faits du passé. Ce frisson immédiat est ici remplacé par une immersion totale dans un cocon sonore qui lui permet de distiller ses murder ballads sans coup férir. On est contemporains de Marissa Nadler et cette pensée seule est déjà un cadeau.

2. Clara Luciani - Coeur
L’album lui-même est très bon, cohérent et touchant, dans l’ensemble ou le détail. Est-ce le meilleur de 2021 dès lors ? Difficile à dire. Ce qui est certain par contre, c’est qu’il restera comme le disque (oui, j’ai le 33 tours...) le plus emblématique de l’année 2021 pour toute ma famille. En l’absence de concerts, les circonstances aident. Et puis Respire Encore est de ces morceaux qui résument un état d’esprit d’une époque.

1. The Wooden Wolf - Songs of The Night Op.7
La surprise n’a jamais été le mode de fonctionnement du toujours parfait Alex Keilig. Il y a toujours une évolution, une particularité en passant d’un album à l’autre. Ici, c’est la douceur qui prime, tout en maintenant cette haute dose d’émotion qui nous liera toujours à lui. Bref, sept réussites en autant d’albums, la performance mérite toujours d’être soulignée. Sa présence constante dans ces classements méritait bien une première place non ?

Mes EP 2021

Une petite innovation pour mon dix-neuvième classement, quelques EP qui annoncent des talents déjà affirmés. Des doses limitées et impeccables qui m’ont chaviré et indiquent des noms à suivre. Tous français ou belges, c’est un peu le hasard mais le circuit court est un plaisir ineffable.

6. Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)
Au confluent de la cold-wave, d’une relecture italo-disco et de pas mal d’électronique, le duo maintient la flamme froide avec brio.

5. The Blank Agains - Songs From The Past (EP)
Oui, ce sont des pop-songs. Mais pas que, elles présentent toutes une belle densité, des élans psychédeliques qui montrent autant la maitrise que la gourmandise musicale de la bande de Yann Luyckfasseel.

4. Claire days - Creatures (EP)
S’il est très compliqué de renouveler le genre, il n’est pas plus simple d’en tirer le meilleur, et c’est pourtant ce que vient de faire Claire days. Ce n’est pas rare de se faire une copine mais c’est un plaisir qu’on ne se refuse jamais, et qu’on fait passer à la cantonnée.

3. Gratuit - Héros de l’Espace (EP)
Ceci est clairement plus qu’un échantillon, c’est un petit album déjà affirmé. Les délires catchy et occasionnelement hilarants de la bande dans l’espace sont un de mes plaisirs de 2021

2. Centredumonde - Bye-Bye Les Vagues (EP)
Il a fallu choisir une des trois publications de l’année pour la mettre en exergue, parce que Centredumonde s’est fait une grande place dans le notre (de monde). Avec humanité et humour froid

1. Brèche de Roland - fin:début (EP)
Voix aérienne et assurée, poésie et beaucoup de talent, la chanteuse belge est sans doute un des émerveillements de cette année. On en veut plus, beaucoup plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Albums et EP’s 2021 28 décembre 2021 10:46, par Laurent Leemans

    J’étais passé à côté de la chronique de Jeff Maarawi, et là je suis en train de l’écouter. C’est cool ! Comme quoi la mode des bilans n’est pas forcément inutile ;-p

    repondre message

    • Albums et EP’s 2021 28 décembre 2021 13:12, par Marc

      C’est une bonne période pour rattraper des choses. Un ancien collaborateur du site est sans doute en train de concocter une giga playlist...

      repondre message

      • Albums et EP’s 2021 4 janvier 08:23, par Laurent

        Je ne sais pas à qui tu fais référence... :-)

        Mais je me dis : autant partager un top perso ici, ça incitera peut-être d’autres à le faire à leur tour et on pourrait alors rattraper des perles passées inaperçues. Voici donc mon top albums 2021 (qui ne fera évidemment pas l’unanimité ^^) :

        01. Orelsan, « Civilisation »
        02. Mansfield.TYA, « Monument Ordinaire »
        03. Tyler, the Creator, « Call Me If You Get Lost »
        04. Low, « Hey What »
        05. Lana Del Rey, « Chemtrails Over the Country Club » & « Blue Banisters »
        06. Little Simz, « Sometimes I Might Be Introvert »
        07. Feu ! Chatterton, « Palais d’Argile »
        08. Kanye West, « Donda »
        09. P.R 2B, « Rayons Gamma »
        10. Tim Dup, « La Course Folle »
        11. Juliette Armanet, « Brûler le Feu »
        12. The Wooden Wolf, « Songs of the Night »
        13. Liars, « The Apple Drop »
        14. Janie, « Toujours des Fleurs »
        15. Barbara Pravi, « On N’enferme Pas les Oiseaux »
        16. Girl in Red, « If I Could Make It Go Quiet »
        17. Glasvegas, « Godspeed »
        18. Pleine Lvne, « Heavy Heart »
        19. Celeste, « Not Your Muse »
        20. Nick Cave & Warren Ellis, « Carnage »
        21. Gina Été, « Erased by Thought »
        22. Julien Baker, « Little Oblivions »
        23. Rone, « Rone & Friends » & « Les Oympiades OST »
        24. James Blake, « Friends That Break Your Heart »
        25. Meskerem Mees, « Julius »

        Ton classement était évidemment attendu et on y retrouve les "classiques" 2021 d’Esprits Critiques. Il y a plusieurs découvertes musicales importantes faites ici cette année pour moi : Gina Été et Brèche de Roland dont les talents m’ont époustouflé, Pleine Lvne qui a sorti un petit album impeccable et l’excellent Jeff Maarawi (même si, très belle année oblige, il ne se retrouve pas dans le haut de mon classement). Ajoutons que The Wooden Wolf et Centredumonde, révélés ici aussi, font désormais partie des incontournables.

        J’espère que tu as bien reçu la giga playlist. :-)

        À l’année prochaine (c’est déjà là) !

        repondre message

        • Albums et EP’s 2021 4 janvier 15:47, par Marc

          Oui, l’allusion était très sibylline...

          Merci pour ce classement (enfin, ce court extrait). S’il y a une règle cette année, c’est que les classements sont plus éclatés et différents que jamais. C’est l’atomisation des genres (je ne t’apprends rien), et au final ça évite pas mal de polémiques.

          J’ai évidemment reçu mes gros paquets qui sont en cours d’écoute, ça vaudra un débrief hors forum si tu veux bien.

          Bonne année à toi aussi !

          repondre message